112 engagés ! 12 catégories.

Le Pôle de l’âne et du cheval est un superbe site et les terrains étaient parfaitement adaptés à cet événement.

 

Les 3 attelages champenois étaient réunis sur le paddock, les équipages étaient composés de : Régis et Nathalie DROUAILLET, Julien NOTTRET et Michel BAZIN, Nadine RAACH et Maïder NAUDÉ, sans oublier bien sûr les intendants et supporters, Guylaine, Anthony et Hervé, Jean-François et Frédérique, Yves et Aurélie,ainsi que Jean-Pierre.

 

Nos voisins de paddock n’étaient autres que la Lorraine et l’Alsace avec qui nous ne ferons bientôt plus qu’un.

De grandes tablées bien sympathiques furent installées réunissant les équipes de Johanne Vera, Antoine Jeanson (Lorraine), Didier Mathis, Patricia Kenck (Alsace), ainsi que nos 3 équipages Champ’ardennais.

 

Valentin, l’équipier d’Antoine eut d’ailleurs la bonne idée de faire partager à tous un gâteau symbole de l’événement.

im227

im228

Les épreuves étaient quant à elles à la taille de l’évènement.

Des bénévoles, des juges en nombres, des officiels de la fédé…

Un marathon intéressant, à la fois technique et physique. Nous y avons rencontré Jean Marie et Sébastien Moyen qui assuraient les chronos.

Une maniabilité, par contre sans intérêt particulier. Il est vrai que notre ami chef de piste alsacien, Bruno Kempf, nous a tellement créé des pistes intéressantes toute la saison qu’on attendait mieux sur un championnat. De plus, nombreux d’entre nous furent étonnés de devoir venir reconnaître leur mania à la lampe torche ou à la lampe frontale, puisqu’elle ne fut montée que tard le soir (20H) et que le premier attelage était en piste à 8H30. Les heures de coucher et de lever de soleil n’ont pas dû être prévues au programme ! Pourtant il ne manquait ni de terrains, ni de personnel pour monter une piste d’avance. Pas grave, les meneurs en ont vu d’autres !

 

Un championnat est toujours une épreuve particulière qui monopolise beaucoup en temps, en compétence du cheval et du meneur, en organisation matérielle et en travail d’équipe. Même si une médaille aurait pu remplir de joie, il faut se dire que c’est une chance d’être là et d’être classé.

Il est donc normal de donner un grand coup de chapeau aux équipiers, aux personnes assurant les intendances et surtout à nos chevaux !

 

Merci Pacifique.

 

Nadine